Le pays travaille pour se doter d’un code de l’urbanisme et de la construction. Celui-ci va constituer une refonte de tous les textes déjà existants et applicables. Et cette dernière concerne tous les aspects de l’aménagement de la ville en tant que telle mais aussi les aspects des constructions en elles-même, en tant qu’expression de la politique urbaine : ses fins, méthodes, moyens, outils de planification et de gestion urbaine, son cadre spatial d’intervention etc. L’élaboration en cours du texte s’effectue dans le cadre du Projet d’infrastructures et de développement urbain (Pidu), lancé en 2018 et financé à 16 milliards de francs CFA par la Banque mondiale. 

L’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (Inseed) s’est penché sur le problème et d’après leurs estimations, la population urbaine au Togo avoisinerait aujourd’hui plus de 3 millions d’habitants (soit une proportion de 42,1%). En 2020, la démographie togolaise sera de 43,5% avec une population urbaine de 3.351.800 habitants. Par ailleurs, le nombre de villes secondaires de plus de 50.000 habitants est passé d’un (01) à six (06) en deux décennies, soit de 1990 à 2010.

Le Pidu est intervenu pour améliorer d’une part l’accès aux infrastructures urbaines et services de base dans les quartiers mal desservis des villes de Lomé, Kara et Dapaong. Leurs points d’actions concernent les routes urbaines et les espaces publics, mais aussi l’éclairage public et l’aménagement paysager. A cela se rajoute l’amélioration des systèmes d’accès à l’eau potable ; l’amélioration des réseaux de drainage et de gestion des eaux pluviales ainsi que de petites infrastructures économiques et sociales.

D’autre part, le projet fournit une assistance technique à la planification et à la gestion du développement urbain,à la fourniture des services urbains de base dans sept (07) villes en l’occurrence Lomé, Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong. Afin de pallier au mieux aux effets du changement climatique, il est prévu une réaffectation des fonds du projet pour s’adapter et répondre à d’éventuelles urgences (catastrophes naturelles, inondations, etc…).

A terme (à l’horizon 2023), plus de 2,3 millions de Togolais bénéficieront des actions du Pidu. Au total ce seront plus de 6,5 kilomètres de routes urbaines qui seront réhabilitées ainsi que plus de 13 kilomètres d’ouvrages de drainage nouvellement construits sur les agglomérations de Lomé, Kara et Dapaong. Environ 10.000 personnes auront accès à des sources d’eau potable. Plus de 10.000 autres citoyens auront accès à des services améliorés d’assainissement et l’exposition aux risques d’inondations sera réduite pour plus de 15.000 personnes. Près de 50.000 emplois temporaires seront également créés.