Dans l’économie togolaise  le secteur informel occupe une place prépondérante. Tout en essayant d’accompagner les différents acteurs vers la formalisation, le gouvernement de Faure Gnassingbé, dont une des priorités est le volet social de son mandat, ne manque d’orienter ses projets ou programmes vers ceux-ci. Et le bilan est loin d’être des plus criticables avec des actions récurrentes et coordonnées plus qu’évocatrices. Citons par exemple le programme School Assur ainsi que le Fonds national de la finance inclusive (FNFI), le projet « Zokeke », le Projet national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER), la Délégation à l’organisation du secteur informel (Dosi) qui ont tous contribué à formaliser les choses et à améliorer le bien-être de l’ensemble de la population.

En chiffres, le FNFI (fonds national de finance inclusive) a, entre son lancement en 2014 et 2019, permis un financement de plus d’un millions de crédits (exactement 1 553 201) totalisant 80 847 milliards de francs CFA. Et ce n’est pas tout ! Ce succès se mesure aussi dans les remboursements : 95% des prêts engagés ont été honorés et remboursés !

Mieux, ce département a acquis son autonomie financière au cours de l’année dernière et envisage de déployer pas moins de 5 nouveaux produits financiers pour améliorer le nombre et la diversité de public bénéficiaires mais également les performances du programme. Parmi le million et demi de crédits, ce sont exactement 926 352 nouveaux bénéficiaires mais aussi 626 849 renouvellements.

Quant au PNPER, le taux de décaissement s’est accru, passant de 9 à 16% de juillet à décembre 2018. Tout comme le FNFI, ce programme a commencé en 2014 et est appuyé par le Fonds international du développement agricole (Fida). Ce taux explique les difficultés rencontrées au début de l’exécution dudit projet. Mais à ce jour on peut dire que le bilan est largement positif, il suffit de demander aux bénéficiaires ! Véritable moteur d’emploi, le projet a enregistré 77 plans d’affaires en cours de financement et a financé 160 entrepreneurs à hauteur de 1,1 milliard de francs CFA. A terme, ce seront 1800 micro et petites entreprises rurales à travers toutes les régions du Togo qui pourront être aidées en phase de création. Les autorités (administrations locales et gouvernement, ministères) comptent sur l’amélioration de la gouvernance et de la qualité des prestations au niveau des projets respectifs pour atteindre ces résultats, qui, en période post covid-19 seront plus que nécessaires pour maintenir le développement économique du Togo.

School Assur : des résultats au delà de nos espérances

Largement critiqué par une opposition en manque d’idée, le projet gouvernemental « School Assur » soutenu par SEM Faure E. Gnassingbé a néanmoins porté ses fruit : en effet, pas moins de 1 587 000 élèves du secteur public ont pu bénéficier d’une assurance maladie sur l’année scolaire 2017-2018. Voici un détail du volume de fréquentation et du niveau d’impact des prises en charge par région :

  • 7% pour la région des Savanes
  • 18% pour la Centrale
  • 21% pour la Kara et Maritime
  • 11% pour la région des Plateaux

Le bilan actuel de la mi-mai 2020 annonce un nombre total de 1 564 377 prises en charge décomposées en 39 857 actes de chirurgie, 7 607 hospitalisations, 616 561 consultations et 173 282 analyses.