Bonne nouvelle pour la filière du riz au Togo : alors que le pays produit aujourd’hui 3,5 tonnes de riz à l’hectare, la Chine vient de lui proposer son aide pour atteindre 10 à 12 tonnes à l’hectare, soit près du tripe de son rendement actuel. Pour y arriver, le géant asiatique a formé une trentaine d’ingénieurs togolais, et a remis à Lomé un lot de matériel destiné à la création d’un riz local hybride. Le point sur le sujet dans la suite de cet article.

La Chine soutient le secteur rizicole togolais

L’empire du milieu souhaite donc apporter son soutien au secteur du riz au Togo. L’objectif : améliorer de façon significative son rendement. A ce niveau, la Chine vient de remettre un lot de matériel spécialement conçu pour la production de lignées isogéniques de riz hybride. L’équipement a été offert au ministre togolais Noel Bataka de l’agriculture il y a quelques jours par l’ambassadeur de Chine au pays, Chao Weidong.

Le lot reçu par les autorités togolaises concerne principalement un matériel de sélection devant permettre aux riziculteurs du pays d’améliorer grandement leur production qui devrait atteindre 10 à 12 tonnes de riz à l’hectare, au lieu des 3,5 tonnes actuels.

Sur un autre registre, c’est l’institut togolais de recherche agronomique (ITRA) qui sera chargé de tirer profit de cette nouvelle aide chinoise à la filière rizicole. Pour cela, des variétés de riz hybride typiquement togolais seront créées. Cela ne devra pas être d’une grande difficulté, puisqu’il y a trois ans, une trentaine d’ingénieurs agronomes, de techniciens agricoles et de producteurs togolais avaient déjà bénéficié d’un mois de stage dans la province chinoise de Hunan sur les technologies du riz hybride.

Notons enfin que la culture du riz au Togo est en plein développement. En effet, de 2008 à 2017, la production a connu une augmentation de 64%, passant de 85 637 tonnes à 140 519 tonnes.