Prise en charge du paludisme : le Togo ne veut rien faire à moitié

Ce n’est pas un secret, le paludisme est la maladie la plus meurtrière dans le monde. Au Togo, sa prise en charge demeure une réflexion qui est prise en compte dans les différents programmes sanitaires ainsi que dans les politiques mises en œuvre par le gouvernement. Entre sensibilisations et actions concrètes, les autorités et les partenaires convergent leur synergie dans l’optique
d’annihiler ce fléau aux conséquences tragiques.

Actions concrètes

Grâce à l’engagement de l’Etat togolais et de ses partenaires, le pays continue d’enregistrer des résultats positifs en matière de lutte contre le paludisme. Ce dévouement se traduit par la distribution de masse, en campagne et en routine, des Moustiquaires imprégnées d’insecticides à longues durée d’action (MILDA), la Lutte anti larvaire (LAL), la prévention du paludisme chez les femmes enceintes, la Chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) chez les enfants de 03 à 59 mois, la prise en charge des cas de paludisme dans les formations sanitaires publiques et privées, la prise en charge des cas de paludisme au niveau communautaire etc.

Des résultats encourageants

Le rapport mondial de 2016 sur le paludisme au Togo a indiqué une régression de 40 à 20% entre 2000 et 2015 et la mortalité a également régressé de plus de 40% sur la même période. Selon les données de l’enquête sur les indicateurs du paludisme en 2017, la prévalence parasitaire chez les enfants de 06 à 59 mois a baissé de 62,2% en 2004 à 28% en 2017. En ce qui concerne la lutte anti-vectorielle, la possession d’une MILDA par ménage a évolué de 33% à 71% et la possession d’une MILDA pour deux (02) personnes a évolué de 65% à 85% pendant que leur utilisation a évolué de 34% à 63% avec 69% pour les femmes enceintes et 70% pour les enfants de moins de cinq (05) ans.

Le défi de l’Etat togolais

La lutte contre le paludisme reste un défi majeur pour tous les pays africains. En Afrique subsaharienne, on dénombre plus de trois mille (3000) décès par jour. Au Togo, des actions restent à entreprendre certes, mais, le pays est sur la bonne voie. Une politique nationale de lutte contre le paludisme a été mise en place assortie d’un premier plan stratégique 2001-2005. Aujourd’hui, le pays a réussi à mettre en place quatre (04) plans stratégiques de lutte contre le paludisme dont le dernier en cours est le PSN 2017-2022.