Le gouvernement togolais a véritablement entamé le processus d’amélioration des conditions de vie et de travail des populations, surtout en milieu rural. Dans cet élan, l’Institut national d’assurance maladie (Inam) a été créé pour une mission principale : assurer la couverture des risques liés à la maladie, aux accidents et maladies non professionnels ainsi qu’à la maternité des agents publics et de leurs ayants droit.

Principalement, l’Inam use de tous les moyens mis à sa disposition pour offrir une meilleure accessibilité à des soins de qualité aux bénéficiaires du régime d’assurance maladie. En sept (07) ans, l’institution, quelque peu balbutiante à ses débuts car confrontée à certaines oppositions, a finalement réussi à donner un sens et du contenu à l’assurance maladie obligatoire au Togo.

Données

Grâce à l’Inam, l’assurance maladie compte actuellement 104.288 cotisants, pour plus du double des bénéficiaires et ayants droit à la couverture maladie. Par ailleurs, l’institut prend en charge à ce jour 254.844 personnes. De surcroît, la structure enregistre parmi ses partenaires prestataires, 90% des centres de santé et 95% des pharmacies.

Prise en charge des malades

La prise en charge des malades se fait à concurrence de 80 à 100%. Les soins pris en charge et les prestations offertes par l’Inam au titre du régime obligatoire d’assurance maladie couvrent les frais de consultations, d’hospitalisation, de médicaments, des actes médicaux, chirurgicaux et paramédicaux. Les actes d’analyse de biologie et d’imagerie médicale sont également couverts y compris les frais des prestations de soins liées à l’état de grossesse et à l’accouchement ; les frais de vaccins obligatoires et d’appareillages.

Vers une couverture universelle

Après les agents publics et assimilés, l’Inam vise à étendre ses prestations au secteur privé, aux artisans etc. En ce sens, l’institut a lancé en partenariat avec le ministère en charge de l’Artisanat, l’assurance-maladie en faveur des artisans. L’objectif est de couvrir 100.000 parmi eux, d’ici 2025. Dans la foulée, l’Institut national d’assurance maladie a lancé la phase pilote de l’assurance maladie en faveur des étudiants avec 500 personnes inscrites. Comme perspectives, l’institution a dans son viseur la corporation des hommes de médias et ne compte pas s’arrêter sur ceux-là.