Ça bouge dans l’agriculture au Togo ! En effet, les acteurs des filières karité, Soja et Anacarde ont repris le chemin de la formation pour se familiariser davantage avec les fondements de l’entrepreneuriat agricole. L’objectif est de mieux maîtriser leur métier, et pourquoi pas augmenter leur production et optimiser leurs coûts. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

Sensibiliser, appuyer, conseiller

La formation des acteurs des filières karité, Soja et Anacarde se tiendra en deux temps. D’abord à Kara, à 412 km de Lomé, les 7 et 8 septembre à l’adresse des acteurs des régions de Kara, Savanes et Centrale. Dans un second temps, elle se déroulera les 10 et 11 septembre à Atakpamé, à 161 km de Lomé, pour les acteurs des régions Plateaux et Maritime.

Ces sessions de formations seront organisées par la CCIT, la Chambre de commerce et d’industrie du Togo, avec l’appui technique du gouvernement. Par ailleurs, elles s’inscrivent dans le programme du cadre intégré et renforcé (CIR), et visent principalement à sensibiliser, former et fournir un appui-conseil en matière d’entrepreneuriat agricole à près de 70 agro-entrepreneurs togolais. Dans le même ordre d’idées, rappelons que le karité et le Soja comptent parmi les filières les plus porteuses pour les jeunes togolais. C’est en tout cas ce que révèle la Banque Mondiale. C’est particulièrement le cas du Soja, notamment le Soja bio, auquel les autorités du pays accordent une attention soutenue. Aujourd’hui, le Togo s’est positionné comme le premier exportateur de Soja bio vers l’Europe.