LES CENTRES SOCIO-ÉDUCATIFS POUR LE PLEIN ÉPANOUISSEMENT DES JEUNES

Bien malin qui pourrait compter le nombre de projets et autres initiatives du gouvernement togolais en faveur des jeunes afin de permettre à ces derniers de libérer leur plein potentiel et se bâtir un avenir prometteur. En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que ces dernières années, ils font l’objet de toutes les attentions à travers des politiques d’accompagnement qui portent des fruits. Même des espaces sécurisés leur sont dédiés. Il s’agit des maisons de jeunes.

Les maisons de jeunes. Ce sont des structures multifonctionnelles ayant pour vocation d’œuvrer pour le plein épanouissement et l’insertion socio-économique des jeunes. Elles leur offrent la possibilité de développer leur génie, leur talent et leur esprit d’entreprise dans les domaines économique, socioculturel, artistique et sportif et de se détendre grâce à des loisirs sains.
Les activités dans ces structures sont conçues pour offrir à la jeunesse la possibilité de prendre des responsabilités et de s’engager dans des initiatives qui les intéressent et qui les préparent à se rendre utiles à la communauté. Au nombre des activités des actions de sensibilisation, des conférences et spectacles.

Faire du jeune un citoyen épanoui

Quant aux activités des Centres Aérés de Vacances, elles  entrent dans le cadre du Programme Vacances Utiles et Citoyennes. L’idée est d’offrir aux jeunes vacanciers des moments d’apprentissage, de partage et de solidarité. Ils favorisent aussi le brassage entre les jeunes et participent à la promotion des valeurs citoyennes.
L’aménagement des espaces de loisirs est considéré désormais comme un axe majeur pour assurer efficacement l’encadrement socio-éducatif et l’éducation à la citoyenneté de la jeunesse. C’est dans cette logique que la politique nationale de jeunesse du Togo a identifié et préconisé à juste titre le développement des maisons et centres de jeunes que le gouvernement a lancé depuis 2012.

Un vaste programme

Le programme de construction et de réhabilitation des centres et maisons de jeunes a permis l’implantation de plus de 17 maisons et centres de jeunes dans plusieurs localités du pays (Lomé, Atakpamé, Kara, Sokodé, Dapaong, Mango, Tandjouare, Gando, Soudou, Aloum). L’on peut retenir que plus d’un million de jeunes ont participé aux activités socio-éducatives et culturelles, 43 foras de jeunesse ont été organisées ; 94 associations de jeunes ont bénéficié de subventions.
A travers ce vaste programme géré par le Ministère du Développement à la base, dirigé par Victoire Tomegah Dogbé, en charge de la jeunesse, le désir du gouvernement est de donner aux jeunes davantage de chances de devenir des citoyens émancipés, actifs et responsables, mais également des êtres humains confiants et épanouis.
A ces centres essentiellement financés sur le budget de l’Etat, il faut citer également les espaces « Blue zone » développés à Cacavéli (et bientôt à Hanoukopé) par le groupe Bolloré qui viennent en complément des efforts de l’Etat en la matière.
A vrai dire ces maison ou centre de jeunes sont un cadre d’épanouissement et d’encadrement socio-éducatif capable d’être à la fois un espace d’accueil, d’information et de rencontre, d’expression et de développement de talents culturels et sportifs, de loisirs actifs et sains, des espaces multimédias et d’innovation technologique et numérique.