L’exécutif togolais ambitionne d’implanter une école entrepreneuriale en agrobusiness dans toutes les communes afin de promouvoir le secteur agricole au pays. Dans le cadre de ce nouveau projet, on parle de quelques 117 centres de formation professionnelle qui devraient voir le jour aux quatre coins du Togo. Plus de détails sur le sujet dans la suite de cet article.

Une commune = une école entrepreneuriale en agrobusiness

L’ambition que portent les autorités togolaises dans leur volonté de promouvoir le secteur agricole est simple : une commune = une école entrepreneuriale en agrobusiness. Simple, ce projet ne l’est que dans la vision qui l’a enfantée. Sa mise en œuvre effective est une autre paire de manches. Depuis quelques jours, des échanges ont lieu entre le gouvernement et les autorités locales du pays en ce sens, rapporte des sources proches du ministère togolais chargé du secteur agricole. Ainsi, dans le cadre ce projet, le Togo compte se doter de 117 centres de formation professionnelle dédiés à des métiers porteurs dans les chaînes de valeur agricole.

Il s’agit, notamment, des métiers de la production, la transformation, la commercialisation, les prestations de services (mécanisation et irrigation principalement), et d’autres services connexes. En outre, les nouveaux centres de formation professionnelle auront vocation à promouvoir l’agrobusiness, attirer des investissements privés, mais aussi à accroître le rendement et professionnaliser les différents acteurs de l’agriculture.

La modernisation du secteur agricole est en marche

Le projet d’implantation de 117 nouveaux centres de formation professionnelle vient complémenter d’autres initiatives qui ont pour point commun de moderniser le secteur agricole togolais et ainsi optimiser sa contribution à l’économie nationale. Parmi ces initiatives, citons, entre autres, le projet d’installation des agropoles, dont l’agropole pilote de la Kara, celui des instituts de formation en alternance pour le développement (IFAD), l’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs.