L’électrification, un passage indispensable pour se développer

L’énergie, la maîtriser, la produire, a de tout temps été le moteur principal de développement des populations humaines. Quiconque possédait l’énergie devenait capable de nouvelles choses, passait moins de temps aux tâches primaires telles que se nourrir et se protéger. L’énergie ouvrait une nouvelle voie : celle de créer, innover, se développer.

Il est évident qu’aujoud’hui en Afrique sub saharienne, l’électrification est LE défi à relever. On estime à plus de 50% le nombre d’habitants dans ces régions qui n’ont pas accès à l’électricité. C’est également un des territoire qui concentre le plus de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Le Togo : faire de l’électrification une priorité

Conscient de l’importance de l’électrification du pays, le président SEM Faure Gnassingbé ainsi que son gouvernement ont depuis des années enclenché des réformes et des projets de grande ampleur pour développer les zones rurales éloignées.

Parmi les initiatives présidentielles, on peut citer la place de l’électrification du pays dans le Plan National de Développement en particulier grâce au projet CIZO que nous allons présenter maintenant.

Le Projet CIZO : un double but social et environnemental

Qu’est-ce que le projet CIZO ? Dénommé ainsi en référence à la langue local Guin, CIZO qui signifie Allumer est un projet destiné à apporter l’électricité aux populations situées en zones rurales reculées au moyen de “kits solaires” permettant de brancher de petits appareils électriques tels qu’un chargeur de téléphone portable, une radio, un téléviseur ou plusieurs ampoules pour éclairer la maison.

Le but social est donc bien évidemment d’améliorer le bien être de la population, ainsi que sa faculté à être connecté au monde qui l’entoure. Le bien être comprend autant le confort (avoir de la lumière à moindre coût) que l’éducation (pouvoir faire ses devoirs le soir lorsque le soleil n’est plus là) ou la communication (être tenu au courant des nouvelles par poste radio ou de télévision).

Ce but social va au-delà de l’électrification des particuliers puisque le projet CIZO est plus ambitieux que cela. Il prévoit bien d’autres infrastructures qui vont, à terme, complètement changer la vie des togolais :

  • équipement de 1000 forages en systèmes solaires pour l’adduction d’eau potable
  • équipement de 3000 petites exploitations agricoles en systèmes d’irrigation solaires individuels
  • équipement de 800 centres de santé en panneaux solaires pour améliorer les soins et l’hygiène (eau chaude par exemple)
  • création de 10 mini centrales solaires à travers le territoire togolais pour satisfaire les besoins de communautés plus importantes

Pour terminer, saluons l’initiative du gouvernement qui, au mois de mars de cette année, a lancé le “chèque solaire CIZO” pour donner une subvention de 2000FCFA par mois pendant 3 ans maximum aux ménages vulnérables éligibles.

L’autre objectif, environnemental lui, est donc d’améliorer le mix énergétique du Togo en créant un apport non négligeable d’énergies renouvelables. Cela lui permettra de remplir l’Objectif de Développement Durable n°7 des Nations Unies. Le projet CIZO permettra à plus de 2 millions de togolais de bénéficier d’un accès à l’énergie électrique.

Les bons résultats du Togo en terme d’électrification :

Si on reprend l’historique du Togo, on peut clairement voir l’action du gouvernement depuis les 15 dernières années. Alors que le taux d’accès à l’électricité était de 18% en 2005, il est passé à 35% en 2016 pour ensuite atteindre 45% en 2018 !
Grâce au déploiement du projet CIZO, ce taux va atteindre 50% en 2020 et la couverture sera de 100% en 2030.

Le nombre de kilomètres de lignes couvert par le réseau d’éclairage public a doublé passant de 197km en 2005 à plus de 400km en 2016. Dans le même temps, la stratégie gouvernementale pour se libérer de la dépendance énergétique (le pays importe énormément du Ghana voisin) a donné ses fruits : de 80% de dépendance on est passé à seulement 50%. Et ce chiffre va encore baisser avec le lancement de la nouvelle centrale Gaz Vapeur Kékéli de Lomé.