Dans les rues de Lomé, on peut désormais apercevoir des éléments de la Force spéciale mixte anti-pandémie Covid-19, plus connue sous le nom de Fosap. Leurs missions : contrôler le port de masques par les conducteurs et les passagers. Cette mobilisation de la force fait suite au communiqué du colonel Kodjo Amana, rappelant l’article 847 du code pénal du Togo, qui sanctionne les contrevenants aux mesures obligatoires d’hygiène et de prophylaxie.

Des contrôles dans le respect et la courtoisie 

Depuis ce mardi, des éléments de la Fosap sont postés aux feux tricolores de différents quartiers de la capitale. Leur mission est simple : faire respecter le port du masque obligatoire pour limiter le risque de propagation du coronavirus. Ces contrôles concernent essentiellement les conducteurs de véhicules, ainsi que leurs passagers. Quand un conducteur ne porte pas de masque, il est contraint par les agents de la Fosap à descendre du véhicule pour en porter avant de poursuivre son trajet.

Jusqu’à présent, les contrôles se déroulent dans le respect et la courtoisie, les agents de la Fosap se contentant de rappeler aimablement aux citoyens que le port des masques est obligatoire au Togo depuis le 9 juin dernier.

Des sanctions sont à venir 

La campagne de sensibilisation aux mesures anti covid que sont en train de mener les éléments de la Fosap fera probablement office de préparation à de possibles sanctions à l’avenir. Passée cette première phase, la Fosap pourrait sévèrement punir les contrevenants au port du masque. Le colonel Amana, commandant de la force spéciale, n’a pas manqué de rappeler que le code pénal sanctionne toute personne qui contrevient aux mesures d’hygiène et de prophylaxie.

En effet, selon l’article 847 du code pénal, les sanctions prévues vont d’une peine d’emprisonnement de 1 à 6 mois à une amende de 100 000 à 2 000 000 de FCFA.