Avec un indice de 0,503 en 2018 contre 0,500 en 2017, le Togo bien qu’ayant fait du progrès, se situe toujours dans la catégorie des nations ayant un « développement humain faible ». Classé 165 e  sur 189, il devance la Côte d’Ivoire (170 e ) et n’est pas loin du Nigeria (157 ème place), du Rwanda (158 e ), du Bénin (163 e ), du Sénégal (164 e ) etc. Au niveau mondial, c’est la Norvège qui est en tête du classement suivie de la Suisse, l’Australie, l’Irlande et l’Allemagne. Les cinq derniers pays du classement mondial sont le Burundi, le Tchad, Soudan du Sud, la République Centrafricaine et le Niger.
L’IDH permet de mesurer la qualité de vie moyenne de la population d’un pays. Théoriquement, l’indice va de 0 à 1 et tient compte de l’espérance de vie à la naissance, du
taux d’analphabétisme et de la fréquentation des différents niveaux du système scolaire et du produit intérieur brut (PIB) en tenant compte du pouvoir d’achat.

Qu’est ce qui explique la position du Togo ?

Au Togo, l’espérance de vie à la naissance est estimée à environ 60,5 ans approximativement au même niveau que la moyenne en Afrique subsaharienne. Sur le volet éducatif, la durée moyenne de scolarisation est d’environ 12 ans contre une moyenne régionale de 10.  La durée attendue de scolarisation quant à elle, est estimée à 6,5 ans. Le revenu par habitant à Parité du pouvoir d’achat s’élève à 1453 $. Bien que les statistiques indiquent le faible niveau de développement du Togo, il convient de souligner, au passage, la bonne volonté du gouvernant à assurer à la population, un niveau de vie convenable. Cela justifie le fait que l’IDH du pays augmente sans cesse. En 1990, le Togo avait un IDH égal à 0,405. Il atteint l’indice 0,426 en 2000 et l’indice 0,437 en 2005. En 2010, l’indice du pays augmente à 0,468. Presqu’une décennie après, les efforts du gouvernement ont conduit progressivement le Togo à atteindre l’indice 0,500 en 2017 et 0,503 en 2018.
Le développement humain au Togo connait une avancée significative. Aujourd’hui l’expérience de vie est de 60 ans, alors qu’en 1990, elle était de 55 ans et la durée moyenne de scolarisation était d’environ 7 ans. Aujourd’hui, cette dernière s’étend à 12 ans. Dans presque tous les secteurs, le Togo a enregistré des progrès même s’il reste beaucoup à faire.  Le Plan National de Développement devrait permettre, à l’horizon 2002 de gagner encore quelque points sur l’IDH.