L’autonomisation de la femme est l’un des objectifs primordiaux des autorités togolaises. Pour réussir le pari, le gouvernement fait la promotion de l’entreprenariat féminin depuis quelques années. Ceci a permis l’éclosion de nombreuses coopératives féminines. Certaines d’entre elles ont reçu l’appui financier du Projet d’appui au secteur agricole (Pasa). C’est le cas de la coopérative « Essowaza » qui signifie « Dieu a béni » en Kabyè dont les activités consistent à fabriquer du pain avec des céréales stockées par les membres.

« Essowaza » est basée à Kara, localité située à 420 km de Lomé, la capitale togolaise. Au départ, cinq (05) femmes seulement, résidant dans le quartier Lama-Feying composaient la coopérative. Elles ont lancé les activités en 2009. Quelques années plus tard, le nombre a augmenté et à ce jour, elles sont au nombre de 15. Celles-ci sont organisées sur le modèle de chaînes de valeurs.

Coup de pouce décisif du Pasa

Parmi les 15 femmes de la coopérative, certaines s’occupent du stockage des céréales notamment le soja et le sorgho. Ensuite, elles les transforment en farine. Puis, les boulangères qui sont dans le groupe achètent ces céréales pour fabriquer du pain. Avant, les activités de la coopérative n’étaient pas développées. La transformation des céréales en farine engendrait des dépenses colossales. Coup de chance, en 2019, elle a reçu une subvention du Projet d’appui au secteur agricole (Pasa) qui s’élevait à 3.500.000 francs CFA.
Ce fonds a permis à la coopérative d’acquérir des équipements tels que le pétrin et le laminoir, des matériels utilisés dans la boulangerie. L’acquisition de ces matériels a boosté la capacité de production avec l’augmentation des chiffres d’affaires à la clé. Aujourd’hui, ces femmes réalisent un chiffre d’affaires mensuel qui se situe entre 500.000 et 600.000 francs CFA. De plus, trois (03) emplois ont été créés dans la foulée. La coopérative prévoit de construire un grand magasin pour le stockage des céréales.
La subvention du Pasa a donné de la visibilité à la coopérative « Essowaza » dans la région. Grâce à cette aide financière, la capacité de production de la coopérative s’est accrue. Conséquence, son chiffre d’affaires a augmenté et le revenu des travailleurs par la même occasion. Ceci va avoir un impact considérable sur les conditions de vie des membres de la coopérative. Elles vont pouvoir être autonomes économiquement.