Le développement des communautés, pour être résilient, doit nécessairement passer par elles-mêmes. Ceci n’exclut pas que les pouvoirs publics leur accordent une attention particulière et leur apportent un soutien indéfectible. C’est à cette tâche que se dévoue l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb). Elle pilote le Projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) dans lequel sont inclus les Travaux à haute intensité de main d’œuvre (Thimo). Grâce à la détermination des bénéficiaires, des localités autrefois enclavées dans la région des plateaux sont désormais faciles d’accès.

Le volontariat communautaire est une composante du projet EJV qui rassemble au total 200 villages sur l’étendue du territoire. Il permet à chaque jeune citoyen enrôlé de travailler pour sa communauté et d’avoir en retour des revenus, de bénéficier des formations et/ou coachings en entreprenariat et éventuellement, une subvention pour la mise en place des Activités génératrices de revenus (AGR).

Dans le villages Kamina, Kpessi (région des Plateaux), les Travaux à haute intensité de main d’œuvre (Thimo) réalisés par les jeunes volontaires enrôlés ont radicalement changé le quotidien des habitants. Précisément, 41 microprojets ont été retenus pour être réalisés dans la région. Parmi ceux-ci, on distingue des microprojets agricoles et non agricoles qui portent sur l’aménagement des pistes rurales, la construction des retenues d’eau, l’aménagement des bassins piscicoles, la culture du soja et du gingembre ainsi que la mise en terre de plants d’oranger. Par-dessus tout, 20 microprojets sont dédiés à l’aménagement des pistes dans la région, ce qui contribue à réduire dans la mesure du possible le poids de l’enclavement et leur vulnérabilité socioéconomique.

Dans le canton de Kamina par exemple, la piste ralliant la localité de Kamina-Barrage à celle du marché dans la même zone a été aménagée sur une distance de 7 km. Désormais, elle facilite l’accès au marché et réduit autant qu’il faut les accidents. D’après des témoignages, ces différentes réhabilitations permettent d’accélérer aujourd’hui l’évacuation des malades et des femmes enceintes ou en travail vers le Centre médico-social (CMS) du canton.

A une cinquantaine de kilomètres de là, dans le canton de Gbendé, l’aménagement de la piste rurale reliant les villages d’Aka et de Kabo a nettement amélioré l’acheminement des produits vivriers vers le marché le plus animé de la localité et par conséquent, a augmenté les revenus des habitants. Aujourd’hui, les Thimo ont servi à aménager près de 96 km dans les 20 villages. Le projet EJV bénéficie du soutien de la Banque mondiale, court de 2017 à 2021 et est financé à 09 milliards de francs CFA.