Vendredi 17 juillet, les lieux de culte au Togo ont été autorisés à rouvrir leurs portes, après plus de quatre mois de fermeture pour éviter la propagation de la pandémie de coronavirus. Ce sont d’abord les mosquées qui ont commencé à accueillir les fidèles, suivies, depuis ce dimanche, des églises. Cela dit, certaines congrégations ont préféré s’abstenir.

Distanciation sociale et mesures barrière dans les lieux de culte

A l’église, les places sont marquées pour s’asseoir. En effet, il n’y aura pas plus de quatre personnes dans les bancs. En plus des mesures de distanciation sociale, des dispositifs de lave-mains et savon liquide sont posés à toutes les entrées des églises qui ont décidé de rouvrir leurs portes aux paroissiens. Par ailleurs, un comité d’ordre veille à l’entrée pour rappeler le respect des mesures barrière, le port obligatoire des masques, mais aussi pour ravitailler les lave-mains en eau entre deux célébrations et aider les fidèles.

C’est notamment le cas à la paroisse Marie-Theotokos d’Agoenyive, où le père François-Xavier rappelle les consignes durant cette période de pandémie à la fin de la célération : « à la sortie tout à l’heure, évitez les rassemblements. Les réunions d’association et mouvements sont suspendus. Evitez de vous serrer les mains, c’est interdit ».

Le conseil des ministères et églises du Togo choisi de s’abstenir

La réouverture des lieux de culte au Togo est partielle et progressive. Un quota fixe d’expérimentation est accordé à chaque obédience religieuse et par préfecture. Ce schéma n’a pas été du goût de l’influent conseil des ministères et églises du pays, qui a donc préféré s’abstenir. Pour son président, Wolako Komi Deladem, il s’agit de préserver la cohésion : « nous voulons prôner l’unité. Parce qu’en choisissant un seul lieu de culte jusqu’aux 39 préfectures, nous allons par ce fait diviser le conseil. Certains seront lésés ».

Notons enfin qu’en attendant la réouverture généralisée, les cultes de nuit, les veillées de prières et les veillées funèbres sont toujours interdits.