Le gouvernement togolais de Faure Gnassingbé reconnaît l’importance du capital humain pour le développement national. Sans assurance maladie, tout Togolais malade, risque de tomber dans la précarité s’il ne dispose pas d’un revenu conséquent. De ce fait, le pays veut assurer et garantir l’accès à des soins de santé à un coût abordable pour les citoyens. Pour les cinq (05) prochaines années, l’objectif majeur est d’étendre la couverture assurance maladie à tous les Togolais (les salariés du secteur privé, les agriculteurs, les artisans, les étudiants etc.) afin de réduire de plus de 80% la part du coût des soins de santé supportés par les ménages.

Aujourd’hui les autorités ont la ferme volonté de renforcer la gouvernance et la gestion des structures sanitaires grâce à deux leviers : étendre la contractualisation et améliorer la formation des personnes en charge des structures.

L’Inam ou le 1er pas vers la couverture universelle

L’Institut national d’assurance maladie (Inam) est un institut gouvernemental dont la fonction est de gérer la couverture « assurance maladie » au Togo. En tout et pour tout ce sont plus de 300.000 bénéficiaires qui ont recours à ses services sur le territoire togolais. Avec, depuis le 14 mai 2019, un grand changement social pour le Togo puisque ses prestations englobent également le secteur privé, (surtout les artisans) et l’objectif annoncé est de pouvoir couvrir, en 2025, 100.000 d’entre eux. L’INAM ne se cantonne pas qu’aux artisans puisque très récemment, une phase pilote de couverture maladie a été lancée à destination des étudiants, dénotant une volonté politique d’offrir un accès aux soins à chacun. La prochaine classe professionnelle qui devrait en bénéficier serait les employés de presse et de médias, le métier de journaliste étant relativement précaire, la couverture maladie serait une grande amélioration de ce corps de métier.

School Assur ou la protection sociale en milieu scolaire

Ce programme protection sociale du milieu scolaire est un projet présidentiel lancé en 2017. A l’époque, peu y croyait mais à ce jour c’est un véritable succès avec un total de plus de 1 740 453 élèves bénéficiaires ce qui représente 28% de la population togolaise couverte par une assurance sanitaire. L’objectif du gouvernement à travers ce programme est d’atteindre rapidement un taux de couverture de 40% de la population, ce qui est largement réalisable.

Parallèlement, depuis les élections, la construction et l’équipement de six (06) centres de santé mère-enfant sur toute l’étendue du territoire va être entreprise, et l’Etat va former le double d’accoucheuses auxiliaires surtout pour desservir les régions rurales ; en plus de cela il est prévu la construction de cent (100) centres médicaux sociaux et la réhabilitation des centres de santé communautaires existants avec une attention particulière aux équipements en soins obstétriques performants Sonu (Soins obstétricaux et néonataux d’urgence). En somme une grande avancée !