Composante C projet CiZO : fournir de l’électricité
mais pas que

La couverture en énergie électrique du Togo d’ici 2030 passe également par une mise en œuvre réussie du projet d’électrification rurale Cizo. Mieux, le gouvernement veut compter sur les jeunes pour atteindre cet objectif. Ce qui l’a motivé à former plus de trois (03) mille jeunes sur l’installation des kits solaires ainsi que leur maintenance à travers les académies solaires.

Après avoir bénéficié d’une formation de deux (02) semaines en matière de maintenance et d’installation des kits solaires, ils sont maintenant 3126 techniciens opérationnels et disponibles à soutenir le projet présidentiel d’énergie renouvelable Cizo dans sa composante C. Les kits individuels qu’ils auront à gérer pour les ménages ont été introduits en 2017.

Ce projet de formation des jeunes techniciens répond aux objectifs du Plan national de développement (PND) et de la Stratégie d’électrification du Togo qui va nécessiter de la main d’œuvre qualifiée dans le domaine des énergies renouvelables en général et de l’énergie solaire en particulier.

Pour la réussite du projet, le gouvernement a jugé nécessaire de mettre en place une académie solaire dans chaque région et de former 600 jeunes par académie en matière d’installation et de maintenance des équipements solaires. Il est question, pour une partie
de ces jeunes techniciens, d’améliorer la qualité de leurs prestations en la matière et pour d’autres, d’augmenter leur chance sur le marché de l’emploi. Selon les besoins des populations, ils ont été répartis dans les régions. 548 d’entre eux sont dans la région des
Savanes, 619 dans la région de la Kara, 605 dans la région Centrale, 552 dans les Plateaux et 802 dans la région maritime.

Ils sont formés par 50 professionnels déployés dans les cinq régions en raison de dix (10) par centre. Ces jeunes togolais suivent des formations pratiques sur divers systèmes notamment les kits, les lampadaires ainsi que les pompages. Cette initiative est financée par la Banque africaine de développement (BAD) et est coordonnée par l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables (AT2ER). Elle contribuera suffisamment à réaliser les ambitions du pays, à doter toutes les communautés rurales d’électricité d’ici l’année 2030.