Le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP), soutenu par l’Etat togolais, permet à 520 primo entrepreneurs de s’insérer sur le marché de l’emploi et de développer leurs activités. Il a aussi pour but de participer au développement du secteur agricole togolais, véritable force économique du pays. Explication.

L’objectif du PAEIJ-SP

Au mois de mars 2020, pour la campagne 2020-2021, 520 jeunes primo entrepreneurs ont été recruté au sein du Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) dans le but de favoriser leur insertion socioprofessionnelle et les aider à développer leurs activités.

Porté par l’Etat et soutenu financièrement par la Banque Africaine de Développement (BAD), l’Orabank-Togo et d’autres partenaires financiers, ce projet a pour second objectif de promouvoir le secteur agricole togolais, notamment la production de soja, de soja bio et de farine de maïs.

Cet ambitieux projet a notamment permis de favoriser l’émergence de véritable succes story. On peut prendre l’exemple de Yao Toyo et de sa Jonction de Croissance Agricole au Togo (JCAT) qui est devenu le leader du soja bio et qui exporte aujourd’hui jusqu’à 10 920 tonnes de soja bio et qui a créé 3203 emplois permanents et 6 931 temporaires ou encore de Daniel Komlan et de son entreprise Agrokom qui à vu sa production passer de 180 tonnes de soja avant 2016 à 6000 tonnes par an.

L’objectif du PAEIJ-SP est donc totalement accompli. Selon les chiffres, le projet a permis à plus de 25 000 personnes de s’insérer sur le marché de l’emploi au Togo.