L’Etat togolais mettra à disposition des agriculteurs près de 15 000 kits d’irrigation d’ici novembre 2020. Dans un contexte de crise sanitaire, et en soutien à la campagne agricole 2020 – 2021, cette initiative du gouvernement a pour objectif d’améliorer les rendements agricoles au pays à travers la promotion d’une agriculture plus résiliente au climat. Le point.

Le Togo mise sur une agriculture de contre-saison

Pour faire face aux difficultés économiques induites par la pandémie de Covid-19, mais aussi au réchauffement climatique et problèmes environnementaux au Togo, le pays a fait le choix de miser sur une agriculture de contre-saison. En effet, dès juillet 2020, le ministre de l’Agriculture togolaise a annoncé une stratégie qui consiste à installer près de 15 000 kits d’irrigation dans les plantations en zone rurale. Pour chaque kit installé, le gouvernement investira la somme d’environ 1,3 million de FCFA, soit 2021 euros.

La distribution des kits est prévue pour novembre 2020, avec l’appui de la plateforme digitale Bourse agricole du Togo capable de géolocaliser les agriculteurs togolais. Notons que les agriculteurs pourront bénéficier des kits avant de les acheter progressivement (paiement « pay as you go »).

Ces kits permettront aux paysans d’exploiter leurs plantations durant toute l’année, améliorant ainsi leur production, grâce à un accès à l’eau garanti même en période de sécheresse. Ainsi, le gouvernement émet des projections selon lesquelles le pays atteindra une production de 225 000 tonnes pour le coton, près de 2 millions de tonnes pour le maïs, un peu plus de 332 508 tonnes de riz et près de 140 000 tonnes de soja.

Comment fonctionneront ces kits d’irrigation ?

On ne le sait pas encore, mais des indices existent. En novembre 2019, le gouvernement togolais avait signé une convention avec le groupe Electricité de France (EDF), qui vise à équiper les agriculteurs togolais de pompes d’irrigation solaire intelligentes à un prix réduit. A ce sujet, la vice-présidente internationale d’EDF, Marianne Laigneau, avait déclaré : « Notre solution, c’est la combinaison entre l’énergie solaire, l’accès à l’eau, le digital et la formation. Cette solution qui a déjà fait ses preuves dans l’éclairage domestique va être aussi apportée dans les champs pour une forte amélioration des conditions de travail du paysan et une meilleure production ».